Français

Comité consultatif d'OCLC Canada

Procès-verbal du 19 juin 2015

 

Présents

Debbie Schachter, directrice, Ressources d'apprentissage, Douglas College
Karen Morgenroth, gestionnaire, Gestion de l'information - Opérations, Gestion du savoir, Conseil national de recherches Canada
Suzanne Payette, directrice, Bibliothèque publique de Brossard
Joyce Garnett, bibliothécaire en chef émérite, Western University, et doyenne intérimaire de la Library Iowa State University
Lisa O'Hara, directrice, Services de recherche et de fourniture, Bibliothèques de l'Université du Manitoba
Madeleine Lefebvre, bibliothécaire en chef, Ryerson University
Marie DeYoung, bibliothécaire en chef, Saint Mary's University
Daniel Boivin, directeur exécutif, OCLC Canada, Amérique latine et Caraïbe

Bruce Crocco, vice-président, Services aux bibliothèques pour les Amériques, OCLC

Absents

Hélène Roussel, directrice générale, Direction générale de la diffusion, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Mary-Jo Romaniuk, bibliothécaire en chef, Université de l'Alberta
Johanna Smith, directrice générale à la Direction générale des services, Bibliothèque et archives Canada
Gwen Ebbett, bibliothécaire en chef, Université de Windsor

 

Ordre du jour

  1. Ouverture de la réunion et approbation de l'ordre du jour (Debbie Schachter, présidente)
  2. Révision du procès-verbal de la téléconférence du 16 avril 2015 (mises à jour, questions)
  3. Mise à jour sur l'avenir des réunions du Conseil régional des Amériques
  4. Sujets clés devant être abordés et rapportés touchant les bibliothèques canadiennes (groupe)
  5. Forum des membres et Symposium d'OCLC Canada Symposium au CLA (groupe)
  6. Endroit de la prochaine réunion en personne
  7. Autres sujets
  8. Prochaine réunion (prochaine réunion en personne – 28-29 octobre 2015)

1. Ouverture de la réunion et approbation de l'ordre du jour

  • Ordre du jour approuvé tel quel.

2. Révision du procès-verbal de la téléconférence du 16 avril 2015 (mises à jour, questions)

  • Procès-verbal approuvé tel quel.

3. Mise à jour sur l'avenir des réunions du Conseil régional des Amériques

  • M. Boivin a expliqué que ces réunions seraient dorénavant associées aux Forums des membres. On prévoit cinq de ces forums au cours l’année financière 2016 d’OCLC et l’un d’entre eux devrait de tenir à Vancouver. Ces forums sont actuellement publiés sur le site Web d’OCLC et d’autres seront ajoutés (ceux du Canada et de l’Amérique latine).  Par conséquent, les réunions du CRA ne seront plus associées aux congrès de l’ALA afin de mieux desservir les membres, spécialement ceux à l’extérieur des États-Unis.
  • M. Boivin a ensuite demandé si ça valait la peine de continuer à tenir une téléconférence avant les réunions du CRA en regard des forums de membres déjà prévus. Les délégués du CCOC ont répondu qu’ils devraient se réunir avant la réunion du CRA/le forum des membres au Canada uniquement, particulièrement parce qu’ils ne seront que cinq délégués en 2016. Le CCOC devra peut-être écourter la réunion mais tous sont d’accord pour essayer (et la date pour le forum de Vancouver devrait être fixée).
  • Les délégués ont souligné qu’OCLC Canada doit aussi tenir un forum plus à l’est du pays, par exemple à Ottawa ou Montréal, et Marie a fortement appuyé cette suggestion puisqu’elle considère qu’un forum pourrait aussi avoir lieu à Halifax.

4. Sujets clés devant être abordés et rapportés touchant les bibliothèques canadiennes (groupe)

  • Mme DeYoung a indiqué que la protection de la confidentialité et la sécurité des données restent des questions clés dans les bibliothèques. Commentaires des délégués : 
    • la Colombie-Britannique a les lois les plus contraignantes au Canada;   
    • certaines bibliothèques ont des politiques, d’autres non, parfois même au sein du même établissement.
  • Mme O’Hara a indiqué que les stratégies numériques, les technologies, les métadonnées descriptives, la conservation des archives sont des défis. 
  • Mme DeYoung a mentionné que la gestion des mégadonnées sera bientôt un défi sérieux pour les bibliothèques.
  • Mme Schachter a souligné que le Collège Algonquin a une entente pour fournir aux étudiants l’accès aux manuels électroniques. La Colombie-Britannique songe également à faire la même chose et un petit projet pilote est en cours à SFU. Les éditeurs ont toujours vigoureusement protégé l’accès à leurs manuels et ils sont inquiets quant à la possibilité que les bibliothèques aient accès à des copies.  De plus, les manuels en libre accès ne viennent pas avec les notices MARC et les bibliothèques doivent les créer, ce qui représente peut-être une opportunité pour OCLC. C’est aussi un problème sur la côte est. Ceci réduit les ventes pour les librairies locales ce qui, en retour, augmente le besoin pour les bibliothèques de remplir ce vide et le coût chargé par les éditeurs (100 %) est difficile à assumer par les étudiants.  Ceci a également une incidence sur l’apprentissage à distance si l’accès aux manuels reste un défi.
  • Ressources en libre accès : plusieurs bibliothèques ajoutent des notices pour ces ressources dans leur collections locales afin d’en faciliter l’accès. M. Boivin a rappelé aux délégués que les bibliothèques peuvent utiliser le service Gestion des collections WorldShare pour créer des collections de notices et les partager librement avec d’autres bibliothèques membres.
  • La politique des trois Conseils (agences fédérales qui fournissent des subventions au Canada) suggère le développement de dépôts institutionnels pour l’édition en libre accès.  Mais, qu’elle sera la réaction des éditeurs commerciaux?   
  • Mme Schachter a mentionné la consolidation parmi les fournisseurs de bibliothèques. Par exemple, la récente acquisition de Coutts par Proquest après son achat par Ingram il y  à peine quelques années. Ceci aura-t-il un impact, positif ou négatif, sur les bibliothèques?
  • Mme Garnett, en tant que professeur, se préoccupe de l’enseignement actuel de la bibliothéconomie. Elle aimerait qu’OCLC puisse aider à enseigner aux étudiants à penser librement et à avoir une vision différente des bibliothèques, moins traditionnelle. Les écoles de bibliothéconomie doivent réfléchir à « comment les bibliothèques peuvent rester pertinentes ». Elle  criaint que les étudiants ayant de nouvelles idées soient ramenés par les professeurs à une vision plus traditionnelle.
  • M. Boivin a mentionné qu’OCLC Canada n’a reçu aucune demande de présentation des écoles de bibliothéconomie depuis au moins trois ans. Il ne sait pas pourquoi sauf que les personnes-ressources habituelles ont pris leur retraite ou occupent d’autres postes au sein de leur établissement. OCLC Canada accepte de faire des présentations dans les écoles de bibliothéconomie lorsque c’est possible. 
  • Mr. Crocco a indiqué qu’aux États-Unis, il n’y a pas d’engagement de la part d’OCLC sauf par le biais du LIS Program. Offrir des conférenciers devrait être à l’agenda. Christie Hill chez OCLC examine comment joindre les écoles de bibliothéconomie mais il n’est pas certain où elle en est dans son analyse puisqu’elle se rapporte maintenant à Lorcan Dempsey. 
  • Mme Garnett a parlé du sondage de faculté « Ithaka » qui porte sur l’enseignement et la recherche. Elle croit qu’il aura un impact sur la façon dont les bibliothèques envisagent leur avenir au Canada. Les bibliothèques seront encouragées à avoir plus de contenu numérique et moins de contenu physique ce qui aura encore un impact sur les services et budgets des bibliothèques.
  • Finalement, les coupures de budgets demeurent une préoccupation alors que des choix difficiles sont requis par certaines bibliothèques.

5. Forum des membres et Symposium d'OCLC Canada Symposium au CLA (groupe)

  • Payette a mentionné avoir été enchantée des initiatives et projets gagnants. La présentation de la personne sourde au CLA a été vraiment impressionné l’auditoire puisque cette personne ne parlait qu’en langage des signes et qu’une autre personne faisait la traduction. Elle croit que c’est une bonne idée qu’OCLC tienne ces symposiums et que les gagnants des prix soient présents. Près de 100 personnes ont assisté au symposium.  
  • Mme DeYoung, à titre de présidente du CLA, a mentionné qu’elle avait entendu des commentaires élogieux sur la programmation du symposium. 
  • M. Crocco a dit que les trois sujets étaient très différents mais très bien présentés et méritaient de gagner. Ils représentaient divers perspectives et divers types de bibliothèques et tous ont appris quelque chose.
  • Pour ce qui est de l’année prochaine, OCLC ne sait pas quels seront les sujets mais il semble qu’OCLC pourra encore tenir un symposium au CLA. M. Boivin encourage les membres à soumettre des sujets et tous pourront en discuter lors du prochain appel ou de la prochaine réunion (sécurité des données, confidentialité, mégadonnées, etc.). Mme Schachter a dit qu’il y aura une conférence ou une séance d’information sur les ressources ouvertes pour les collèges en Colombie-Britannique, et elle fera un rapport sur celle-ci au CCOC.
  • Le symposium doit continuer à offrir le plus possible des sujets pour tous les types de bibliothèques.
  • Le CCOC devrait discuter encore du Symposium d’OCOC au CLA lors de la réunion d’automne.

6. Endroit de la prochaine réunion en personne

  • M. Boivin a expliqué  les options qu’il considérait jusqu’à présent, c’est-à-dire Ottawa ou Montréal. Dans les deux cas, le forum des membres pourrait y être associé et prévu pour le 28th. Ottawa et une réunion avec LAC-BAC serait une bonne idée si une entente est signée entre OCLC et LAC-BAC.
  • Mme Payette a rappelé à tous que LAC-BAC ne voudra peut-être pas car ce sera peut-être durant la campagne électorale et le jour du votre devrait être le 19 octobre. 
  • Il y aura le Digital Library Forum, du 26 au 28 octobre, à Vancouver. Mme O’Hara a dit qu’il pourrait être intéressant.
  • Aller à Vancouver semble l’option préférée. Par conséquent, la réunion du CCOC pourrait avoir lieu le 28 et le forum des membres OCLC le 29. 
  • Les membres du CCOC ont dit qu’Ottawa reste une option et que Montréal est la dernière option si Vancouver et Ottawa ne fonctionnent pas.

7. Autres sujets

  • Mme Payette a posé des questions sur l’IFLA à Columbus : qu’en est-t-il des membres, les délégués au Conseil mondial doivent-ils payer, faire quelque chose? M. Crocco a dit qu’OCLC est l’une des trois institutions qui parrainent l’évènement et participe à la planification. Il ne sait pas encore à quoi participera OCLC en dehors de ses évènements habituels. OCLC informera les délégués au Conseil mondial et les autres membres si leur participation est requise.
  • Mme Payette a mentionné que l’utilisation de QuestionPoint par les bibliothèques publiques du Québec cessera peut-être à la date de renouvellement cet automne. Elles n’utilisent pas la discussion en ligne (chat) du tout et disent que le service est coûteux par rapport au trafic généré jusqu’à présent. Certaines des bibliothèques pilotes clés laissent tomber alors si le prix reste le même, ce sera trop cher pour les bibliothèques restantes de diviser le coût. Elles examinent un autre produit sans discussion en ligne et sans base de connaissances. M. Boivin a dit qu’il examinerait la situation et a dit que si certaines bibliothèques quittent le groupe, le prix sera ajusté en conséquence. 
  • Finalement, personne du groupe n'ira au Congrès de l'IFLA à Cape Town cet été.

8. Prochaine réunion (prochaine réunion en personne – 28-29 octobre 2015

  • L'endroit doit être confirmé en juillet ou au début d'août.

 

Actions requises avant la prochaine réunion

Responsables

 

  1. Schedule discussion on CLA Symposium for in-person meeting in the fall.

  2. Is it possible to time the OCAC Meeting with the Digital Library Forum from 26-28?

 

  1. Daniel Boivin.


  2. Daniel Boivin.